Dignité et justice pour les aînés

Les néo-démocrates ont toujours été fiers de promouvoir une retraite honorable pour nos aînés et d'appuyer des programmes tels que la pension gouvernementale, la Sécurité de la vieillesse (SV) et le Supplément de revenu garanti (SRG). Les faibles taux de pauvreté chez les personnes âgées ont toujours été, pour les Canadiens, une source de fierté. Mais sous le règne de Stephen Harper et maintenant celui de Justin Trudeau, la pauvreté parmi la population âgée a augmenté, particulièrement chez les femmes1. De plus, les aînés commencent à faire face à un endettement accru.

Les Canadiens croient que toute personne âgée devrait pouvoir vivre dans la dignité. Toutefois, les régimes de retraite des employeurs ne répondent pas nécessairement aux besoins de tous et ne reconnaissent pas le temps consacré à la prestation de soins ou l'écart salarial auquel sont confrontées les femmes canadiennes. De plus, ces régimes excluent les personnes handicapées qui ne peuvent travailler ou les gens qui voient leur carrière perturbée par des invalidités épisodiques. C'est pourquoi la pension gouvernementale et les soutiens du revenu pour les aînés sont des éléments fondamentaux de notre contrat social. Ils assurent que tous et toutes aient accès à une retraite digne et honorable. Et c'est aussi pourquoi nous devons faire en sorte que nos programmes publics à l'intention des aînés demeurent universels. Personne ne mérite de passer à travers les mailles du filet.

Depuis trop longtemps, les gouvernements ont privilégié les bien nantis en adoptant des politiques rendant les riches encore plus riches pendant que le reste de la population doit conjuguer avec des revenus en baisse et un endettement en hausse2.

Nous avons besoin d'un gouvernement néo-démocrate mené par Charlie Angus pour proposer une alternative réelle. En cette période de richesse sans précédent, nous n'avons pas à accepter les faux choix des libéraux et des conservateurs, à savoir entre lutter contre la pauvreté et s'assurer que tous les aînés puissent vivre dignement.

Charlie s'engage à:

  • S'opposer au projet de loi C-27 et à protéger les retraites
    Cet automne, Charlie mènera le combat face aux projet de loi «anti-retraite» C-27 afin de protéger les régimes de retraite de changements rétroactifs. 

  • Prendre la parole afin d'assurer que les retraités reçoivent ce qui leur est dû
    Il est inadmissible que de grandes entreprises telles que Sears puissent faire faillite et que les fonds spéculatifs récupèrent leur argent avant que les retraités ne puissent recevoir un seul sou. Charlie veut les mettre sur un pied d'égalité en modifiant la Loi sur la faillite et la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies de façon à inclure les régimes de retraite comme créanciers privilégiés. 

  • S'assurer que les suppléments de revenu garanti suivent le rythme de l'économie
    En ces temps d'inflation, lier la SV et le SRG à l'indice des prix à la consommation signifie une chose pour les aînés: l'austérité. Charlie s'assurera que ces soutiens du revenu soient liés au salaire moyen et à la croissance salariale plutôt qu'à la croissance des prix.

  • Se battre pour protéger la dignité des aînés
    Plutôt que de restreindre davantage l'universalité de nos programmes sociaux, Charlie s'opposera aux récupérations trop sévères sur les programmes à l'intention des aînés, qui sont confrontés à des taux de pauvreté et à des coûts de la vie sans cesse croissants. Nous sommes tous dans le même bateau.

  • Combattre la pauvreté chez les aînés en augmentant le Supplément de revenu garanti
    Charlie augmentera le SRG de 1 000 $ par année, haussera le seuil de faible revenu de 3 000 $ pour les particuliers et les couples, et exemptera les prestations au survivant du Régime de pensions du Canada pour qu'elles ne soient pas comptabilisées dans le seuil de faible revenu.

  • Accroître les prestations du Régime de pensions du Canada et du Régime de rentes du Québec
    Conjointement avec les provinces, Charlie doublera progressivement les prestations du RPC et du RRQ, ce qui garantira aux gens sans pension de retraite un avenir plus sûr.

  • Inclure les femmes ayant des responsabilités liées à la prestation de soins et les personnes handicapées dans l'expansion du RPC
    Le gouvernement libéral n'a pas inclus les clauses d'«exclusion pour garde d'enfants» et d'«exclusion pour handicap» dans sa récente expansion du RPC, ce qui pénalise injustement les femmes qui doivent prendre congé pour s'occuper des enfants et les personnes handicapées qui doivent quitter le travail pendant un certain temps.

  • Donner une chance aux travailleurs autonomes
    Les travailleurs autonomes paient présentement des cotisations de travailleur et d'employeur au RPC. À une époque pendant laquelle davantage d'employeurs font des économies en traitant leurs employés comme des entrepreneurs indépendants, cela est inapproprié. Charlie exemptera les travailleurs à faible et moyen revenus de ces deux cotisations.

Le programme de Charlie garantirait que tous les Canadiens aient accès à une retraite honorable, non seulement la minorité de bien nantis.

  

1. Richard Shillington. «Ahead of Trudeau's Budget, A Glimpse of Seniors' Poorer Future», The Tyee, 18 février 2016. [En ligne] https://thetyee.ca/Opinion/2016/02/18/Canadian-Seniors-Poverty/.

 2. Craig Wong. «Non-mortgage debt among Canadian seniors growing», The Globe and Mail, 18 mai 2017. [En ligne] https://www.theglobeandmail.com/globe-investor/personal-finance/household-finances/the-unique-challenges-of-borrowing-in-retirement/article35043908/; Sophia Harris. «Seniors going bankrupt in soaring numbers», CBC News, 29 juin 2015. [En ligne] http://www.cbc.ca/news/business/seniors-going-bankrupt-in-soaring-numbers-1.3129116.