Justice sociale dans le système de justice

Un système de justice neutre et impartial est la pierre d’assise de notre société. Trop souvent cependant, le système juridique canadien a été entaché par l’influence politique et des lois ont été appliquées avec iniquité et racisme. Les résultats ont été dévastateurs. Les peuples autochtones forment seulement 3% de la population canadienne, mais ils représentent une personne sur quatre de la population carcérale. Mais encore, un prisonnier sur dix et trois femmes prisonnières sur dix souffrent d’un problème de santé mentale; et les minorités raciales et les gens pauvres ont plus de chance d’être envoyés en prison.

 Il faut corriger les injustices de notre système de justice.

Trop de victimes sortent du système juridique traumatisées par leur expérience et les vies de trop de prisonniers sont ruinées au lieu d’être transformées. J’ai un plan pour réformer notre système de justice afin d’améliorer l’expérience des victimes, en particulier les femmes qui font des plaintes d’agression sexuelle ou de violence. Mon plan offre aussi des solutions pour la prévention, des alternatives à l’incarcération, en s’assurant que le système vise la réduction du récidivisme à travers le traitement humanitaire des prisonniers et en proposant une nouvelle approche pour les drogues basée sur la réduction des méfaits. Il n’y a personne qui gagne quand notre système de justice ne fonctionne pas. 

Voici ce que je ferai :

  • Corriger les injustices auxquels les peuples autochtones font face dans notre système juridique
    Les peuples autochtones forment le groupe le plus surreprésenté dans notre système criminel. Les iniquités dans les systèmes de caution, de choix des jurés et de peines contribuent à ces conditions. Charlie réformera les procédures de caution pour tout le monde en s’assurant que les Autochtones aient un accès équitable et en travaillant avec les gouvernements autochtones pour augmenter la représentation des peuples autochtones sur les jurés. Le système des peines Gladue est sous-financé, avec seulement quelques dizaines de chercheurs et rédacteurs à travers le pays, quand ce système est obligatoire dans des cas impliquant des Autochtones. Charlie s’assurera que les droits légaux des peuples autochtones sont respectés partout au Canada.

  • Instaurer des procédures de justice réparatrice
    Notre système d’incarcération est censé décourager les crimes et réduire le récidivisme, mais nos prisons ne le font pas. Les néo-démocrates croient que la justice doit vouloir dire que les gens sortent du système carcéral plus forts et meilleurs qu’ils étaient avant. Je travaillerai à améliorer le financement des programmes de justice réparatrice qui sont sensibles aux victimes, respectent les préoccupations communautaires, incluent les conférences familiales et des conseils pour les peines.

  • Faire de la réduction des méfaits et de la santé publique une pierre d’assise dans le traitement de la dépendance
    La guerre antidrogue est un échec avec des coûts humains et financiers exorbitants. Pendant toute une génération, cette approche a mal servi les gens vivant avec des dépendances et le bien public. À l’heure où les dépendances et les surdoses d’opioïdes font des centaines de victimes à chaque année, il faut délaisser cette approche punitive et favoriser des politiques qui aideront les gens et les communautés à se guérir. Les programmes de réduction des méfaits comme l’injection supervisée et les échanges de seringues ont fait leurs preuves et favorisent l’accès aux examens, à la consultation et à une mode de vie plus sain. Charlie favorisera les programmes de réductions des méfaits à travers le Canada pour réduire les taux de VIH et d’Hépatite C afin d’aider les gens à se soigner. Charlie travaillera aussi pour créer des programmes d’accès sécuritaire pour les gens qui souffrent des dépendances. Enfin, Charlie décriminalisera la possession des drogues pour usage personnel, suivant des recommandations d’un groupe de travail mis en place pour concevoir un modèle de décriminalisation propre au Canada qui travaillera pour les communautés partout au pays. Les priorités de ce groupe de travail seront de déterminer le seuil de possession acceptable, comment mieux aider les gens qui souffrent des dépendances à accéder aux traitements, comment lutter contre les préjugés et la stigmatisation qui empêchent les gens de se faire traiter et de s’assurer que la décriminalisation est effectuée d’une façon équitable.

  • Mettre fin aux pratiques policières de détention discriminatoires
    Charlie bannira immédiatement la pratique de « carding », éliminera la liste d’interdiction de vol et réformera le processus de cautions pour en assurer l’accès équitable. Il mettra également fin à l’utilisation de la ségrégation pour les gens avec des problèmes de santé mentale et s’assurera qu’ils ont accès aux soins dont ils ont besoin. Enfin, il s’assurera que les femmes qui deviennent mères dans des prisons fédérales aient accès à des unités mère-enfant, pour qu’elles puissent développer des liens avec leurs bébés.

  • S’assurer que les tribunaux sont adaptés aux réalités des traumatismes
    Trop souvent, les victimes d’agressions sexuelles font face à des obstacles majeurs, car le système de justice fait en sorte qu’elles sont souvent à nouveau traumatisées lors de leur témoignage. J’exigerai la mise en place d’une formation obligatoire sur les traumatismes pour les membres des tribunaux afin de s’assurer que la justice soit faite. 

  • Instaurer le modèle Philadelphie de comité de contrôle contre la violence liés au sexe
    La ville de Philadelphie a mis en place un programme qui permet annuellement à des enquêteurs indépendants de vérifier des cas de violence sexiste. Ce système fait en sorte que l’on s’assure que la police fait des enquêtes et porte des plaintes comme il se doit. C’est un modèle qui devient rapidement le nouveau standard pour les services de police. Charlie proposera une loi qui exigera que les services de police développent des procédures standards pour les cas qui n’aboutissent pas sur des plaintes formelles. Ces procédures seront développées en partenariat avec des experts en violence liés au sexe afin de s’assurer que ces cas n’ont pas été mis de côté à cause de mythes sur le traumatisme et l’agression sexuelle. Charlie encouragera aussi les provinces et les municipalités à instaurer ce modèle pour que les services de police partout au Canada puissent adopter de meilleures pratiques.

  • Améliorer les conditions de détention provisoire
    Les centres de détention provisoire, où sont enfermés les gens accusés avant de recevoir leur sentence, manquent de ressources sociales, en particulier pour les femmes, les jeunes et les Autochtones. Le temps qu’ils passent dans les centres de détention provisoire peut être long, tenant en compte le problème d’arriéré judiciaire au Canada. Nous savons également que beaucoup de gens incarcérés ont des problèmes de santé mentale. L’accès aux programmes, spécialement les programmes de santé mentale, a besoin d’être une priorité pour les institutions fédérales. Charlie s’engage à améliorer le système carcéral afin que ces programmes soient accessibles à tous ceux qui en ont besoin.