Charlie un leader humain authentique dont l’intérêt premier est la population
Lettre ouverte de Christine Moore, Députée d’Abitibi-Témiscamingue

 

Notre travail en tant que député est bien souvent scruté à la loupe, chacun des détails de nos décisions et de nos gestes sont exposés au grand public. Mais souvent, le passé, ce qui nous a amené en politique reste inconnu pour la plupart des gens.

Bien que j’aie été élue avec la vague orange, les gens ont souvent tendance à oublier que mon histoire avec le NPD n’a pas débutée en 2011. Alors que l’élection de 2004 se pointait à l’horizon, j’ai pris le temps de lire les plateformes des différents partis politiques et me renseigner sur eux. C’est à ce moment que j’ai découvert le NPD et Jack Layton et que mon histoire avec le NPD a commencée. Ce qui me plaisait chez Jack c’était sa façon de dire les choses simplement mais clairement, de se préoccuper réellement des gens. Placer les intérêts de la population qu’on défend avant ses propres intérêts a toujours été, selon moi, la seule façon dont on devrait faire de la politique.

Trop souvent nous voyons des politiciens professionnels qui sont rendus des acrobates professionnels lorsqu’il est temps de répondre clairement à une question. Les gens n’en veulent plus, ce qu’ils veulent avant tout c’est des gens passionnés, authentiques quitte à ce qu’ils soient un peu colorés !

Donc, après 2004, j’ai continué à suivre discrètement le travail du NPD. Étant alors militaire, il m’était difficile de m’engager activement en politique. Puis quand en 2005, j’étais en attente de libération des forces armées et découragée de la façon dont les politiciens géraient nos forces armées, j’ai décidé que le moment était venu pour participer activement à la campagne qui se dessinait à l’horizon. Alors que le plan initial était d’être bénévole, j’ai fini par être candidate pour l’Abitibi-Témiscamingue lors de l’élection de 2006. Par la suite, j’ai participé à des congrès et différents évènements et j’ai pu connaître des gens profondément inspirant.

Charlie est l’une des personnes qui m’ont beaucoup inspirée et qui ont fait que je me suis sentie à ma place au NPD. Charlie a su montrer que même si on a eu un passé plus marginal, on peut être un excellent politicien, voir même meilleur que ceux qui ont un parcours plus traditionnel versus la politique. Ce qu’il m’a montré, c’est qu’en travaillant fort jour après jour, en étant près des gens on pouvait accomplir beaucoup. Ce qu’il m’a appris c’est d’être toujours là pour les gens qu’on représente, et en particulier pour ceux qui sont trop souvent oubliés.

Suite à l’élection de 2011, Charlie a été mon mentor, mes employés ont passé des journées dans le bureau de Charlie pour apprendre le métier. Il était là pour moi quand j’avais besoin d’aide et de conseils. Aussi, nos circonscriptions étant voisines, nous avons assistés à des rencontres communes où j’ai pu à maintes reprises constater ses qualités profondes.

Je crois sincèrement que Charlie représente le genre de leader qu’une vaste majorité de la population voudrait avoir comme premier ministre. Charlie c’est un leader humain authentique dont l’intérêt premier est la population. Il est capable de pousser chacun de nous à donner le meilleur de nous-même, de mobiliser les bénévoles et d’attirer les membres. Grâce à Charlie, des groupes comme les premières nations se sont intéressés à nous, ils ont compris que nous voulions réellement bâtir des politiques en collaboration avec eux, qu’ils ont une place prépondérante dans le Canada néodémocrate que nous aimerions bâtir.

Mais Charlie est aussi capable d’écouter les gens qui sont plus loin de nous. Il sait que lorsque vient le temps de servir la population, ce n’est pas juste ceux qui votent NPD que nous devons écouter. C’est pourquoi les politiques qu’il propose sont beaucoup plus rassembleuse.

Bien sûr, en tant que Québécoise, j’ai eu des inquiétudes concernant sa maitrise du français. Mais j’ai vu le progrès constant qu’il a fait tout au long de la campagne. Je sais aussi à quel point il est impliqué avec la communauté franco-ontarienne, à quel point il a fait attention au fait français dans le recrutement de ses employés de circonscription et dans ses communications avec ses citoyens.

J’ai aussi eu avec lui des conversations (en français) à ce sujet. Il sait qu’il doit encore travailler sur son français mais il est prêt à mettre tous les efforts que ça prendra et je me suis engagée personnellement envers lui afin qu’il soit prêt pour 2019. Avec un caucus dont plus de la moitié des membres parlent français, une circonscription avec un des plus hauts taux de francophone et un entourage pouvant l’appuyer dans son apprentissage, je n’ai aucun doute que sa maitrise du français sera au point pour l’élection de 2019.

A tous les jours des citoyens de ma circonscription, des québécois typiquement de souche, traverse la frontière ontarienne pour aller travailler dans les mines de la circonscription de Charlie. Nombreux sont les résidents de sa circonscription qui auparavant résidaient au Québec. La réalité du nord québécois fait intrinsèquement partie de la réalité du nord ontarien. C’est pourquoi je n’ai aucun doute que le Québec sera considéré à sa juste valeur dans un parti dirigé par Charlie.

Ainsi, j’ai choisi de donner mon appui à Charlie car il représente bien le genre de politique que j’ai le goût de faire au quotidien. Il est grand temps de ramener le gros bon sens dans nombre des politiques gouvernementales. Nous devons ramener le citoyen au centre des décisions et ne laisser personne derrière. C’est possible si on travaille fort et Charlie est prêt pour ça.

 

Christine Moore,
Députée d’Abitibi-Témiscamingue