Ne cédons pas tout aux négociations de l’ALÉNA

Pour diffusion immédiate
le 18 juillet, 2017 

OTTAWA – Charlie Angus (Timmins-Baie James), le candidat à la chefferie du NPD, demande au Premier ministre de protéger les intérêts Canadiens face au protectionnisme américain aux négociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA). 

« Mon message au PM est celui-ci : ne cédons pas tout, » a dit Angus. « Et pendant que nous y sommes, ne cédons pas les pêcheries, les télécommunications, les banques ou bien les producteurs de bois tendre non plus. » 

Les commentaires d’Angus viennent à la suite de la publication de la liste des priorités américaines pour les négociations prochaines sur 

l’ALÉNA, qui doivent débuter le 17 août prochain. Les États-Unis exigent le retrait du processus de résolution de disputes au Chapitre 9 et des nouvelles entrées dans les industries bancaires et de télécommunications. Ils demandent aussi de clore la dispute entourant le bois tendre, en faveur des producteurs américains.    

« La question pour les Canadiens est celle-ci : à l’automne, qui sera dans la Chambre des communes pour nous défendre ? » a dit Angus. « L’ALÉNA sera une frénésie pour les lobbyistes et ils sont en train de mettre tout sur la table en passant par notre culture, nos droits du travail et notre environnement. Qui pourrait croire qu’ils peuvent compter sur Justin Trudeau ? »  

Angus a dit que l’ALÉNA favorise déjà trop les États-Unis.

« Aux États-Unis, les projets gouvernementaux applique constamment des politiques ‘Achetez Américain, » a dit Angus. « Ici au Canada, l’ALÉNA interdit aux provinces et aux municipalités de favoriser des produits et des technologies locales. » 

« Cela n’est pas un terrain de jeu égal. »

Angus a dit qu’il est impératif pour le gouvernement Canadien d’établir des limites strictes sur ce que nous voulons et ce que nous pouvons donner.

« Le protectionnisme unilatéral ? Non. La perte de contrôle des télécommunications ? Non. L’écrasement de notre industrie du bois tendre ? Un non catégorique ! » a déclaré Angus. « Justin Trudeau doit travailler dans l’intérêt des Canadiens et non dans l’intérêt des gestionnaires de fonds de couverture et des lobbyistes qui ne se préoccupent aucunement du bien-être des Canadiens. » 

« Vous pouvez compter sur moi – pas sûr que c’est le cas pour notre PM, » il a dit.